Le manque de sommeil augmente le risque d’obésité

Selon une étude de l’université de Columbia (New-York), le manque de sommeil augmenterait le risque d’obésité.

En effet, d’après cette étude, les personnes qui dorment moins de 4 heures par nuit ont 73% de chances en plus d’être obèses que celles qui dorment 7 à 9 heures par nuit.

Cette étude peut sembler étonnante car c’est lorsque nous dormons que nous dépensons le moins d’énergie. Cependant, un organisme reposé pourra démarrer la journée avec vitalité, ce qui n’est pas le cas d’une personne qui dort très peu. Fatiguée, cette dernière réduira ses activités dans la journée, son métabolisme de base fonctionnera au ralenti, donc dépensera moins d’énergie.

Autre explication : les cellules cérébrales sont sensibles au manque de sommeil et l’hypothalamus, siège du comportement alimentaire, sera perturbé. C’est ainsi que les personnes fatiguées auront tendance à avoir davantage decompulsions alimentaires et d’envies de grignoter. Ce phénomène pourrait être une sorte de compensation pendant lequel le corps va rechercher des aliments très énergétiques pour se maintenir “en forme”, tentant de remplacer le manque de sommeil.

Qui plus est, lorsque nous dormons, nous ne sommes pas tentés de manger. Or, lorsque l’éveil dure 20 heures par jour, la faim se fera davantage sentir.

En conclusion : ne culpabilisez plus, dormez, c’est bon pour votre santé !